Le secteur des services

Les activités de services, marchands et non marchands, hors administration publique, sont regroupés dans le secteur dit tertiaire, et plus récemment, dans l'économie résidentielle ou présentielle (voir la définition des sphères économiques en dessous dans Aller plus loin): commerces, banques, restaurants, loisirs, santé et action sociale, éducation...

Le Massif pyrénéen a opéré ces dernières décennies une tertiarisation de son économie. Si, en 1982, l'emploi présentiel représentait 57 % du volume d'emplois dans la zone Massif, en 2008, cette part s'élève à 73 %.
D'abord concentrés dans les zones frontalières des Pyrénées centrales (territoires touristiques avec stations de ski) et en Cerdagne-Capcir (extrémité Ouest des Pyrénées-Orientales), les activités liées à l'économie présentielle ont, en 25 ans, gagné tout le piémont de ces zones. L'Aude et les Pyrénées-Atlantiques, départements à forte tradition et production agricoles, restent toutefois davantage à l'écart de cette progression.

A l'échelle des autres massifs, celui des Pyrénées est néanmoins parmi les moins caractérisés par l'économie présentielle, ce qui témoigne d'une capacité productive qui reste importante.

A partir du découpage en 17 secteurs d'activités proposé par l'INSEE, on peut regrouper les activités de services en trois types : services aux entreprises (transports, activités financières, TIC...), services aux particuliers (hébergement-restauration, loisirs, commerces...) et services publics (administration, santé, enseignement).

Les activités de services aux particuliers sont prépondérantes en zone Massif (15.000 établissements en 2010), et les seuls établissements dédiés à l'hébergement et la restauration représentent 15% du total (4.400 établissements).

 graph etab serv par type 2010

Une analyse des établissements du secteur des services sur les 89 cantons situés pour tout ou partie en zone Massif avec les données issues de la base de données CLAP pour les années 2005-2009 indique que près de 11 000 établissements de ce secteur ont disparu durant la période, soit une baisse de 15 %. Les établissements de services publics ont été plus touchés par les disparitions que les services aux entreprises qui ont vu leur nombre augmenter.

Les cantons qui ont le plus perdu d'établissements sont Foix-ville (-373) , St Gaudens (-306) et Oloron-Ste Marie-ville (-212), soit des espaces urbanisés ; durant cette période seuls 8 cantons ont gagné des établissements, dont seuls Argelès-Gazost, Bagnères de Luchon et Bourdère-Louron plus de dix.

evol etab services 2005-2009