Elevage et pastoralisme

Avec 80% de la SAU en surfaces fourragères, le profil agricole des Pyrénées se confirme comme terre d'élevage par excellence. Les exploitations pastorales du Massif des Pyrénées sont plus fortement utilisatrices de l'espace montagnard et la part de la Surface Toujours en Herbe (STH) est nettement supérieure à la moyenne des exploitations du massif notamment la part de la STH peu productive (STHpp). La viabilité économique interroge alors (autonomie fourragère, engraissement des animaux, ...). Ce serait sans compter le recours aux estives et espaces collectifs et leurs modes de gestion associées.

La tendance générale est à la diminution du nombre d'exploitations. Néanmoins, les exploitations pastorales des Pyrénées se maintiennent mieux que l'ensemble des exploitations (- 12,9 % entre 2000 et 2010 contre - 26% sur le plan national et - 23,2 % à l'échelle du Massif). Cette tendance, déjà notable entre 1988 et 2000 confirme la capacité de résistance des exploitations montagnardes, et à plus forte raison pastorales, aux évolutions conjoncturelles.

Près de 62% des effectifs UGB (Unité de Gros Bétail) herbivores sont concentrés dans des exploitations pastorales, structurellement plus grandes (alors qu'elles représentent moins de 30% des exploitations totales du Massif).

Leur répartition est hétérogène : près de 60 UGB pour les Pyrénées-Atlantiques, près de 45 UGB pour les Pyrénées-Orientales, la Haute-Garonne et l'Ariège et moins de 40 UGB pour l'Aude et les Hautes-Pyrénées, or ces dernières accuillent chaque année de nombreux effectifs transhumants, classant ainsi le département comme le 2ème en terme d'effectifs transhumants.