Evolutions de population

Avec un solde naturel globalement négatif, le Massif a commencé par se vider avant que la tendance ne s'inverse à la fin du siècle dernier. Il faut attendre 1990 pour que le solde migratoire compense entièrement le solde naturel qui, lui, reste négatif aujourd'hui encore.

 

evolpopsig

Longtemps, l'apport migratoire a surtout profité à la partie orientale du Massif. Depuis une décennie, l'ensemble des départements du Massif en bénéficie également. Cependant, si certains cantons, notamment ceux situés dans le piémont et à proximité des pôles urbains, conjuguent une forte attractivité et un solde naturel positif, caractéristique d'une population jeune, la grande majorité des cantons pyrénéens sont dépendants de l'apport migratoire pour conserver un solde de population positif.


 

La carte ci-dessus permet de faire apparaître plusieurs dynamiques à l'œuvre :
  • 13 % des cantons ont perdu de la population entre 1999 et 2008. Ces cantons (en clair sur la carte), généralement situés en haute-montagne ou à proximité de cantons très attractifs (en marron sur la carte), présentent un solde naturel négatif souvent très élevé ;- 55 % des cantons, situés aux extrémités du Massif et dans le piémont, gagnent de la population (en marron), malgré un solde naturel fortement négatif (grands cercles verts) ;
  • 15 % des cantons (dont 3 cantons situés en haute-montagne : Mont-Louis dans les Pyrénées-Orientales, Bordères-Louron et Vielle-Aure dans les Hautes-Pyrénées) présentent un solde naturel positif.