Télétravail et téléactivités

Le télétravail est une organisation qui permet de travailler à distance de son entreprise, via les technologies de l’information et de la communication. Il permet à la fois d’introduire le concept de mobilité dans les entreprises publiques et privées, il constitue une forme de modernisation des organisations de travail et peut plus généralement participer au développement économique de territoires ruraux

Quelles opportunités pour la zone massif des Pyrénées ?

-     Développer l’économie résidentielle par le biais des salaires « importés » entre les villes du Piémont et le Massif, entre les villes intégrées dans le pôle toulousain ou avec la forte périurbanisation de Perpignan.
-     Organiser le Massif pour capter à l’extérieur et rapatrier sur son territoire les savoirs et les potentiels humains (cadres, entrepreneurs, spécialistes) nécessaires à la performance économique, à l’excellence du management environnemental et à l’innovation.
-    Relocaliser des activités par la mise en œuvre de téléactivités permettant de participer au développement des secteurs forts du Massif (notamment le tourisme et l’agriculture).
-     Répondre à des problématiques spécifiques du territoire (ex. : pluriactivité hiver / été ; embauche conjointe, maintien d’actifs, embauche du conjoint d’exploitant agricole, …).

 

État des lieux du télétravail

- Au niveau national, le gouvernement étudie actuellement comment le télétravail pourrait être développé dans le secteur public.
- En Aquitaine, un télécentre a été créé en zone massif sur la vallée d’Ossau sur la commune de Sévignacq Meyracq à 25 km au sud de Pau. (voir article de presse)
En Languedoc-Roussillon, la Lozère et plusieurs autres territoires autour de l’A75 se sont organisés pour accueillir les télétravailleurs. Le département de l’Hérault a mis en œuvre le télétravail en interne pour ses agents avec déjà près d’une centaine de télétravailleurs.
- En Midi-Pyrénées, plusieurs départements ont déployés des réseaux de télécentres : l’Ariège et le Gers, et, à moindre échelle, les Hautes-Pyrénées et le Tarn & Garonne. Avec treize télécentres, la région reste encore aujourd’hui la première région française en équipement d’accueil des télétravailleurs (structures adhérentes au Réseau National des Télécentres). D’autres territoires se sont saisis de cette question et des nouveaux télécentres devraient prochainement voir le jour sur l’Aveyron, le Lot et sur l’Ariège.

Plusieurs de ces territoires se sont associés début 2011 pour rédiger une contribution qui a été envoyée au Conseil régional Midi-Pyrénées pour intégrer le télétravail dans le Schéma Régional de Développement économique alors en cours de constitution. Le SRDE mentionne notamment un intérêt pour le télétravail dans deux domaines : l’attractivité et la promotion des territoires (avec une réflexion à la fois sur les télécentres ruraux et sur les espaces de co-working en zone urbaine) et l’innovation organisationnelle pour les TPE et PME par la mise en œuvre de plans de déplacements (NB : le plan de déplacement Inter entreprises de Basso Cambo a d’ailleurs intégré le télétravail dans ses propositions pour participer au décongestionnement de la zone). La région compte aussi de nombreux exemples de structures publiques ou privées ayant intégré le télétravail dans leurs pratiques : Conseil général du Lot, Aéroconseil, Steria, Thales Alenia Space, France Télécom, …

En projet :

L'APEM, la société CITICA, l'ARDESI, Ariège Expansion et plusieurs territoires du massif réfléchissent à l'élaboration d'une étude-action visant à déployer le télétravail sur les Pyrénées, à l'image de l'étude menée en 2008 dans le Massif Central.